n n

Pour quelqu’un comme moi, intéressé et enthousiasmé par les modèles écologiques, cette réunion INTECOL a été incroyablement agréable. Le nombre de discussions sur les modèles, et en particulier sur l’application des modèles à des problèmes appliqués du monde réel, a été vraiment impressionnant. Ici, je veux juste mettre en évidence quelques-uns des thèmes clés des sessions de modélisation à INTECOL.

n

La gestion adaptative (fondamentalement et approche itérative utilisant les leçons de la gestion précédente / actuelle pour améliorer la prise de décision) en est une ‘sujet brûlant. Brendon Wintle, dans son discours « la gestion adaptative a besoin de beaux modèles », a présenté des arguments convaincants en faveur du rôle de la modélisation dans la mise en œuvre de cela, et cela semble être un domaine en pleine croissance et fructueux avec de nombreux exemples de ce fait .

n

Le thème de la réunion est le changement climatique – et il n’y a pas eu de pénurie de modèles pour prédire les effets du changement climatique. Mon collègue Mark Ooi a gardé un œil sur ce domaine et son évolution ces dernières années, il a commenté:

n

Un pas en avant méthodologique souligné lors de cette conférence a été le changement concerté des prévisions faites dans le passé basées sur des modèles d’habitat bioclimatique, à de nouvelles approches intégrant les processus écologiques et les réponses mécanistes du biote au changement climatique. 

Ce changement est une progression compréhensible, compte tenu de la nature complexe des impacts que le changement climatique aura, et les facteurs incorporés ont inclus les facteurs démographiques, physiologiques, génétiques et abiotiques. 

Cependant, comme semblent avoir été les messages de plusieurs conférences passées, il y a encore un manque de telles données mécanistes disponibles. Le développement et la diffusion rapide de ces méthodes émergentes sont importants, à la fois pour anticiper la vague de données sur la réponse au changement climatique due au roulement, mieux prédire les scénarios de changement mondial et pour fournir une plate-forme pour le développement de stratégies de conservation efficaces.

n

Hier, il y avait une session vraiment intéressante sur la modélisation, et dans le discours d’ouverture il y avait une excellente citation du professeur Hugh Possingham:

n

«Si vous ne savez pas ce qu’est une équation différentielle, vous n’êtes pas un scientifique»

n

Son discours portait sur la priorité de la protection par rapport à la restauration. Il a expliqué comment un modèle élégamment simple pourrait être utilisé pour prédire comment les finances devraient être dirigées pour minimiser la perte d’espèces via la dette d’extinction. Un excellent exemple d’un modèle simple combiné avec des connaissances écologiques de base (la relation espèce-aire).

n

Donc, pour quiconque s’intéresse aux modèles, méthodes et applications aux problèmes du monde réel, cela a été incroyablement réunion intéressante jusqu’à présent.

n

n n n

n n